Tendances

Philanthropie 2.0, quésako ?


L’explosion récente de la philanthropie 2.0 sur les réseaux sociaux vient révolutionner l’activité des associations et organismes de charité.  Décryptage d’un phénomène qui n’a pas pu vous échapper.


Movember, le Ice bucket challenge, le No-makeup selfie, le Wakeupcall… sauf si vous avez passé les derniers mois dans un univers parallèle, ces noms vous disent surement quelque chose. Ces évènements viraux pour récolter de l’argent, qui envahissent nos réseaux sociaux, deviennent un véritable phénomène de société : c’est l’avènement de la philanthropie 2.0.

 

movember

 

Prenons l’exemple d’un évènement auquel vous avez pu assister récemment : Movember. Movember, c’est la contraction de Mo (moustache en argot australien), et November (novembre en anglais), en somme, un évènement créé à la gloire de la moustache.

Comme pour la plupart des meilleures idées, tout a commencé en 2003, par une blague entre copains australiens, désireux de rendre à la moustache son heure de gloire. Ils étaient alors loin de s’imaginer le succès que cette idée remporterait. Aujourd’hui, on compte plus de 4 millions de porteurs de la moustache de novembre à travers le monde.

La moustache n’est pas qu’esthétique, derrière le port de la moustache se cache la défense d’une cause : sensibiliser les hommes aux maladies masculines qui les concernent, notamment le cancer de la prostate, et récolter des fonds pour sa lutte. En novembre dernier, les moustachus se sont encore une fois mobilisés et ont rivalisé d’efforts et d’imagination pour récolter des fonds.

 

Un phénomène mondial

Lancé en France en 2011, Movember remporte un véritable succès. Clubs sportifs, entreprises, étudiants, célébrités, tout le monde s’y met. En 2014, les 21 pays participants ont récolté plus de 62 millions d’euros. Loin d’être une compétition, l’argent récolté sert à financer 250 chercheurs dans le monde.

Les opérations de communication et les évènements autour de l’évènement se multiplient, la créativité s’adonne, toutes les raisons sont bonnes pour parler de Movember et récolter des fonds. Et finalement, Movember, c’est aussi une bonne excuse pour rigoler, partager, créer de la cohésion, et ça fait du bien.

 

BILL-GATES-ICE-BUCKET

 

Apparu l’été dernier, le Ice bucket challenge, consistait quant à lui à se filmer en train de se faire renverser un seau d’eau glacée sur la tête, publier la vidéo sur les réseaux sociaux, puis à inviter ses amis à le faire.  Le but de ce défi : récolter des fonds pour la lutte contre la sclérose latérale amyotrophique. Véritable phénomène virale, le Ice bucket challenge a été suivi par de nombreuses personnalités, de Bill Gates, à Georges Bush ou encore Johnny Hallyday, ils ont tous mouillé leurs chemises pour la bonne cause. Le défi a quant à lui permis de récolter plus de 100 millions de dollars cette année à travers le monde.

 

 

La philanthropie virale

A l’heure où le téléthon, les cross caritatifs et autres ventes aux enchères peinent à attirer des participants, pourquoi ces phénomènes viraux remportent un tel succès sur les réseaux sociaux ?

Ces évènements viraux explosent car ils requièrent des actions facilement réalisables et tout le monde peut y participer, c’est la magie du digital. De plus, ils reposent sur des liens d’amitié, et se développent au sein de communautés. Mais enfin et surtout, ils sont funs ! Rire sur les réseaux sociaux devient finalement le meilleur outil pour faire parler de soi, et récolter des dons. Le but final est de transformer des phénomènes viraux en financement d’une bonne cause.

Évidemment, ces évènements sont critiqués car tout le monde ne joue pas le jeu du don, et certains relèvent le défi seulement pour rire, ou pour soigner leur ego en affichant leur engagement. Mais il est difficile de ne pas constater l’incroyable succès de ces évènements et le montant impressionnant des fonds qu’ils permettent de récolter. Plus important encore, ces phénomènes ont permis à des jeunes de donner pour la première fois de leur vie. Parce que, pour la première fois, ils se sont sentis impliqués.

La philanthropie est donc en pleine mutation, en partie grâce à l’évolution des technologies. Les évènements philanthropiques se digitalisent. Les réseaux sociaux ont changé les règles du jeu à l’heure où les sentiments d’obligation morale ou de culpabilité, longtemps utilisés, perdent de leur efficacité.

 

Une aubaine pour les startups

Dans ce contexte d’évolution des mœurs, ce phénomène de mutation de la philanthropie grâce aux nouvelles technologies devient essentiel pour alimenter les organismes de charité. Mais il s’avère également être une véritable aubaine pour les startups désireuses de s’engager dans des actions philanthropiques. En effet, les dons et le mécénat ont le vent en poupe pour les entreprises, afin de valoriser leur image.

De quoi inciter les différentes entreprises et associations à redoubler de créativité et d’originalité dans la création d’évènements, et autre action, pour récolter des fonds !


 

Auteur : Stéphanie Le Frapper


 Ecrire un commentaire