Tendances

Garorock bientôt connecté grâce au bracelet RFID

Pour sa 19ème édition, le festival marmandais Garorock se lance un pari fou : accueillir plus de 60 000 festivaliers connectés. Cette année, l’organisation propose une innovation technologique unique à ce jour sur un festival français : le bracelet connecté en RFID.

La révolution numérique est en marche, oui mais en musique s’il vous plait !


Bientôt 20 ans : le Garo devenu grand

Le Garorock a gagné ses lettres de noblesses aux côtés des grands festivals français tels que les Vieilles Charrues, les Eurockéennes, ou bien encore Rock en Seine. En moins d’une vingtaine d’années « le Garo », comme on l’appelle dans le sud-ouest, est devenu le festival des amateurs des musiques rock, électroniques, mais aussi hip-hop et dub. Chaque année, l’association MR Power accueille sur trois jours environ 65 000 festivaliers venus de la France entière.

En progression constante tant en fréquentation qu’en innovation et en aménagement, l’équipe du Garorock tente d’améliorer chaque année ce rendez-vous de la jeunesse festive et « connectée ». Pour l’édition 2015, l’organisation a vu les choses en grand, et propose une innovation technologique, jamais utilisée encore sur un festival français à grande échelle : le bracelet connecté en RFID. Baptisé GaroPass pour l’occasion, le festival innove dans le monde de l’événementiel français en y introduisant ce système interactif qui a déjà fait ses preuves dans des festivals et évènements ailleurs dans le monde (Coachella, Tomorrowland, Rock in Rio, Ryder Cup …)

Plus de billet papier, plus de file d'attente, plus de problème de codes barres froissés, difficiles ou impossibles à lire… Désormais, le nouveau système de billetterie via un bracelet interactif (technologie RFID) permettra aux festivaliers de naviguer en toute fluidité sur les espaces concerts, bars, camping et animations. En tout cas c’est la promesse faite par les organisateurs !

 

garorock festival

 

Une avancée technologique pas si nouvelle

L'abréviation RFID signifie « Radio Frequency IDentification », en français, « Identification par Radio Fréquence ». Cette technologie permet d’identifier un objet, d’en suivre le cheminement et d’en connaître les caractéristiques à distance grâce à une étiquette émettant des ondes radio, attachée ou incorporée à l’objet. La technologie RFID permet la lecture des étiquettes et peut traverser de fines couches de matériaux. Loin d’être à ce point révolutionnaire, la technologique RFID n’est autre que celle utilisée dans nos cartes des transports ou les codes-barres.

Leader mondial du contrôle d'accès RFID et du paiement électronique sans espèce dans le secteur de l'événementiel, c’est l’entreprise canadienne Intellitix qui l’importe en France pour les besoins du Garorock. En 2009, le Montréalais Serge Grimaux a souhaité amener cette technologie dans l’événementiel. Pour cet organisateur et producteur de concerts, « les communautés numériques ne sont pas si différentes des communautés qui se créent autour d’un événement sportif ou culturel, le tout est de créer un pont » a t-il déclaré à Tsugi.

Grâce à leur système, les files d'attente sont réduites, les contrefaçons et fraudes et toutes reventes illégales peuvent être éradiquées. Les organisateurs et leurs partenaires font ainsi connaissance avec leur public d'une manière inédite, tandis que les porteurs de bracelets profitent de nouvelles sources de divertissement. Sans contrainte technologique, les festivaliers peuvent ainsi partager leur expérience avec d'autres, tant sur place que sur internet.

 

Une meilleure expérience festival

Cette avancée structurelle comporte trois principaux avantages pour les festivaliers : un confort d’usage et une meilleure expérience grâce à une gestion optimale des flux (circulation sur site, flux financiers, échanges commerciaux) ; l’accessibilité à tous des services d’information et de communication est améliorée, notamment pour les personnes en situation de handicap ; l’amélioration de l’organisation des échanges dans le milieu des événements culturels ainsi que la modernité liée à l’utilisation des technologies.

Coté Garorock, Ludovic Larbodie, fondateur du festival, l’assure « avec ce système, on a des entrées plus rapides, plus simples à gérer en termes de sécurité, ça permet aux gens de ne plus avoir de jetons ou de cash sur eux et surtout, à la fin du festival, ça nous permet de rembourser les gens en temps et en heure sur leurs crédits boissons. »

 

garorock

 

Des festivaliers toujours plus connectés

Les organisateurs peuvent désormais se connecter directement aux utilisateurs via les réseaux sociaux, et ce, avant, pendant et après l'événement. En liant son profil Facebook ou Twitter à son profil RFID, le festivalier permet à Garorock et aux marques présentes d’accéder à un environnement numérique sans limite.

Les profils Facebook seront directement liés entre eux grâce à l’application mobile du festival, intégrant entièrement "l'espace physique" de l'événement à celui du monde virtuel. Connectés à leurs amis, les festivaliers pourront interagir pendant l'événement et mettre leurs statuts Facebook à jour grâce aux bornes ou bien envoyer des demandes d’ami grâce à leurs bracelets.

En scannant leurs bracelets RFID, les festivaliers totaliseront des points-fidélité, pourront publier ou télécharger des photos de Garorock, ou encore jouer en ligne et gagner toutes sortes de récompenses, et ainsi constamment partager leur expérience festival en ligne.

 

Des opportunités en or pour les marques

Les sponsors et marques associées font désormais partie à part entière de l’organisation du Garorock en établissant une connexion numérique instantanée et permanente avec les festivaliers. Par exemple, la plateforme de streaming Spotify enverra aux festivaliers la playlist des concerts vus dans la journée.

La technologie RFID génère chez le consommateur une réaction positive qui le rend plus ouvert à des actions de communication. Bertrand Sylvestre, cofondateur de MyBee, explique que ce système permettrait aussi d’engranger environ 20% de recettes supplémentaires grâce à un service plus rapide et à un moyen de paiement plus ludique. « Au moment où vous chargez votre bracelet, vous allez souffrir de voir votre billet de 50 euros partir, mais quand vous payez au bar vous avez l’impression que c’est gratuit.” a t-il déclaré à Tsugi.

Par la connexion aux réseaux sociaux et l'analyse pointue des activités du public, Garorock propose aux marques de se rapprocher au plus près de ses clients avant, pendant et après l'événement. En amont, l’étude en profondeur de l'auditoire permettra aux marques de définir plus efficacement leurs cibles, de leur délivrer des messages personnalisés et de développer une large gamme d'actions promotionnelles. Après le festival, l’analyse détaillée des activités permettra une mesure extrêmement fine du taux de pénétration immédiat d'un produit avec un retour d'informations sans égal. Les spectateurs deviendront les ambassadeurs de l’événement : une communauté sera créée.

Les organisateurs et acteurs de cette technologie l’affirment en chœur, “ce n’est pas Big Brother”, les utilisateurs peuvent choisir de rester anonymes et les données recueillies ne sont accessibles qu’en interne, et ne sont pas (pour l’instant) monétisées.

Alors prêts pour une nouvelle expérience connectée ?

 

Plus d’infos : http://www.garorock.com/


Crédits photo : photo de couverture : Xavier Chambelland ; photo 1 : Xavier Chambelland ; photo 2 : Xavier Chambelland.
Auteur : Aurore Briere


 Lire les commentaires
  1. Kelatek /

    Et si on fait le choix d’allez en festival pour se déconnecter d’internet (car bon nombre d’entre nous passe énormément de temps sur le net, et le week-end permet de sortir de tous ça) comment on fait si cela est imposé ? On reste chez nous devant TF1 ?

  2. Morino /

    Pourqoui pas réfléchir au monde de demain dit connecté avec ce bracelet RFID ?
    C’est un début technologique pour un monde à la big Brother, il y a un danger pour les libertés à utiliser une puce NFC RFID comme moyen d’identification et de paiement cela correspond exactement au futur système économique mondial annoncé dans la bible ; l’apocalypse chapitre 13 verset 16 il y a plus de 2000 ans :

    « Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite ou sur leur front et que personne ne puisse acheter et vendre sans avoir la marque le nombre de la bête ou le nombre de son nom, c’est ici la sagesse! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six-six-six. »

    Regardez comment fonctionne un code barre, le 6 6 6 est déjà caché partout sur tous les produits de consommation que nous achetons, même sur votre nouvelle carte d’électeur (pour les Français) ! Ce sont les 2 petits traits (barre de garde ou guard bar en Anglais) à gauche du code-barres, du milieu, et à droite qui en langage code-barres visuellement donne le 6, les chiffres de la partie droite du code barre ne sont pas cryptés, si vous avez un 6 au-dessus vous avez systématiquement les 2 petits traits comme pour les guard bar = 6, regardez les barres codes qui sont chez vous pour vérifier (pour quelle raison occulte cette norme a été validé dans le monde entier?). Je n’invente rien, encore simple à vérifier sous Google avec des dessins pour mieux comprendre (en tapant : barre code et 666, puce RFID verychip ) …

    après le futur krach économique à cause de la dette et des crises on va passer au mode d’argent électronique (plus de billets et de liquide) puis à la nano puce RFID implantée sur la main droite ou le front au nom de la sécurité et de la santé pour les épidémies (avec une modification faustienne de notre ADN en bonus) il faudra faire le bon choix …
    science sans conscience n’est que ruine de l’âme.
    «Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.» Albert Einstein