Tendances

Ces évènements qui vous cachent quelque chose

La recette est vieille comme le monde : ne pas tout dire pour créer le suspens, dissimuler pour aiguiser le désir. Une mécanique inhérente à toute entreprise de séduction. Telle est la tendance, désormais bien installée, des évènements et soirées dont le lieu ou la programmation sont tus pour mieux ménager la surprise.


Hidden places...

Les endroits secrets pour organiser une soirée ou sortir ont le vent en poupe. Devant un public de plus en plus zappeur et exigeant, sans cesse à la recherche d’expériences nouvelles et insolites, les acteurs du nightlife ont rapidement compris l’intérêt des lieux mystères pour renouveler leur offre. Le phénomène des speakeasies en témoigne de manière particulièrement révélatrice.

Le principe ? Des bars ou des restaurants dans des endroits insoupçonnés, qui miment la clandestinité de l’époque de la prohibition. C’est le cas, à New York, du bar  « Please Don’t Tell » (le nom suffit à lui-même) : pour y aller, il faut  pénétrer dans un restaurant de hot dog, entrer dans une vieille cabine téléphonique, composer le 1 et attendre qu’une hôtesse vous ouvre une porte dérobée vers un bar lounge à l’ambiance select et cosy.

 

please don't tell© Johorkaki.blogpost.sg

 

Lieu tenu secret

À ces endroits secrets répond aussi souvent toute une dramaturgie évènementielle bien rodée : non seulement le lieu est mystérieux en-lui même mais l’invitation envoyée aux participants se charge aussi d’en taire la localisation précise. Les pages d’évènements Facebook portant la mention « lieu tenu secret » sont pléthore. Et les mécaniques de révélation qui permettent aux participants de se rendre à ces soirées sont d’ailleurs, elles aussi, nombreuses : envoi de SMS ou de mail au dernier moment, affrètement de bus pour transporter les convives vers le lieu, etc. Bref, l’événement n’est plus seulement la soirée en elle-même mais inclut désormais tout le scénario construit en amont qui permet d’y assister.

 

Programme mystère

Les comités organisateurs poussent parfois le secret jusqu’à taire la programmation même des évènements. C’est le cas, par exemple, du bien nommé « Hidden Film Festival », lancé en 2013 à Londres par la société Film Festival Guild, et qui a essaimé à Paris, Dublin ou Toronto. L’idée : le public découvre le jour même le programme cinématographique, sans rien savoir des œuvres projetées.

Une manière originale de promouvoir le cinéma indépendant, qui ne peut pas toujours user du critère de notoriété pour attirer les foules. En arrière-plan, une promesse de surprise formulée à l’endroit du public : « discover an unknow gem ».

 

Make me feel special

La vogue de ces activités est finalement une promesse de différence : participer à un événement sur lequel règne un certain mystère, c’est se voir attribuer ou reconnaître un privilège, au moins symbolique. On entre évidemment dans l’imaginaire occulte des sociétés secrètes qui a préempté, depuis bien longtemps, la notion de VIP : tout le monde ne peut pas être pas convié, les places sont limités, le contenu est unique.

Il n’est d’ailleurs pas rare que l’atmosphère de confrérie façon Eyes Wide Shut soit régulièrement convoquée par ces types d’évènements, comme c’est le cas, très explicite, de Extraor’DINNERS, organisés par l’agence Wato.

 

 

L’événement secret offre donc très clairement à ceux qui y assistent les sentiments d’élection et d’exclusivité, bref, tout ce que ne caractérise pas le mass-event, libre d’accès et ouvert à tous. Il ne reste pas moins que de tels projets reposent avant tout sur une certaine confiance du public à l’égard de l’entité organisatrice.

On ne sort pas les yeux fermés sans savoir qui nous guide...


Crédit photo de couverture : AndreasS

Auteur : Baptiste Franceschini


 Ecrire un commentaire