Tendances

5 INNOVATIONS QUE L'ON RETIENT DU SXSW 2016


Tous les ans, en mars, la ville d’Austin au Texas voit son rythme de vie s’accélérer et son tourisme exploser avec l’arrivée du festival South by Southwest ou SXSW. Avec en moyenne 800 conférences et 30 000 visiteurs, cet événement est considéré comme la référence en matière d’innovations. Preuve de cette réputation, le président Obama himself était présent lors de la soirée d’ouverture. 

Il s’est tenu la semaine dernière du 11 au 20 mars. Mis à part les nombreux concerts (Iggy Pop, Drake…) et les récompenses de film, la partie ‘Interactive’ nous a particulièrement intéressés. Au programme : réalité augmentée, performance et expérience.

Dans cette jungle bouillonnante, on retient tout particulièrement cinq projets, cinq concepts, cinq événements. Débrief.


 ANIMA - l’entité mouvante

En début de festival se tenait au Westin Austin une installation interactive des plus captivantes. Une sphère tridimensionnelle qui interprète les sons et mouvements du corps et dessine le caractère de l’observateur grâce à un tableau d’expression visuelle. Celui-ci bouge au gré de la réaction du public face à cet  « être » mouvant. La bulle se fait ainsi passer pour une entité intelligente et émotionnelle qui comprend et retransmet visuellement les sensations des curieux qui s’y sont risqués.

Ce dispositif, créé par l’artiste Nick Verstand et une dizaine de designers, questionnait ses expérimentateurs sur la limite de l’intelligence artificielle, à partir de quand considérons nous quelque chose comme ayant une âme ? Cette forme abstraite a fasciné à tel point que les créateurs du projet affirment qu’ « ils ne voyaient personne faire autre chose que regarder fixement dans la source lumineuse qui flottait devant eux »

 

 


 Silent Room – Le chaos par le silence

A l’écart de l’agitation des concerts, expositions ou autres conférences, une petite salle hors du temps prônait le silence complet. Inventée par l’artiste Hollandais Simon Heijdens en collaboration avec des scientifiques de l’Université du Texas, la Silent Room est créée pour filtrer n’importe quels son et couleur.

Les visiteurs marchent seuls, exclus de toute autre manifestation visible ou audible, et sont complètement livrés à eux mêmes. C’est justement là le but de l’œuvre, « l’idée derrière ce travail était de dévoiler le caractère caché d’un espace en fournissant un moyen qui révèle la beauté inhérente » affirme le créateur.

La rumeur court que personne n’a jamais pu tenir plus de 45 minutes dans ce vide chaotique. Pourtant, tous les jours l’installation a vu se former une file d’attente considérable, avant même son ouverture.  Et vous, tenteriez vous l'expérience ?

 

Silent Room


Eclipse – La robe humaine

 Au Westin Austin Downtown, une performance artistique insolite a tout particulièrement attisé notre curiosité : le spectacle de danse interactif Eclipse. Le concept mélangeait technologie « wearable » – littéralement ‘portable’ – et technologie du son.

A l’origine de ce projet, la très avant gardiste New School, spécialisée dans les arts et le design, qui présentait plusieurs projets novateurs dans leur domaine. C’est leur alumna, devenue l’artiste designer Ezgi Ucar qui a pris en main le projet. Ils sont partis du constat que les nouvelles technologies ne sont pas assez représentées dans le domaine artistique.

Souhaitant rapprocher l’usage de la technologie avec le corps, l’être, l’ancienne élève a imaginé une robe qui réagit aux mouvements du porteur en émettant du son et de la lumière. Le costume s’humanise le temps d’une danse avec sa partenaire. Pendant une heure, les spectateurs ont assisté à une performance où la technologie se rapproche de plus en plus de l’humain pour se confondre avec l’interprète.

 

 


 The #ARC - Ou comment se réinventer musicien

Cette année, le futur de l’interaction créative se jouait également au Palm Door on Sixth, le QG de Deloitte Digital. Cette agence conseil en création digitale rassemble des artistes, des designers, des experts en stratégie digitale, des codeurs et une armée d’avant-gardistes qui repensent le monde.

En collaboration avec le musicien RAC et le duo de technologistes Dave & Gabe, l’agence a créé « L’audience Reactive Composition », aka #ARC. Ensemble, ils réinventent la notion d’instrument de musique à l’ère digitale, avec un maître mot : l’interactivité. L’espace mêlant musique, lumière et technologie, proposait de créer de la musique live en interaction avec des musiciens tels que Oberhofer ou BAIO - le bassiste de Vampire Weekend.

Le studio contenait cinq instruments novateurs, chacun contrôlant une dimension telle que la lumière de la pièce ou le rythme du morceau. Le public était invité à créer une œuvre musicale unique et mouvante par le toucher, peu importe leur niveau dans le domaine.

Vous n’êtes pas musicien et n’avez jamais touché à un instrument de musique ? Aucun problème. Les trois créateurs du projet tendaient justement à développer des outils intuitifs qui ne nécessitent aucun apprentissage préalable. « Nous voulions créer quelque chose qui soit familier en terme d’usage. Nous nous sommes demandés, si nous venions de le découvrir, saurions nous intuitivement comment le faire marcher ? » affirment les créateurs Dave & Gabe.

 

 


 Doppler Labs – Un concert en écoute augmentée

A l’ère du règne d’Instagram et de la retouche visuelle, quand est-il de l’optimisation de notre sens auditif ? Face à cette absence de recherche dans ce domaine, en 2013, se forme Doppler Labs, un laboratoire qui crée de la technologie portable axée sur l’optimisation de l’écoute.

Leur produit phare, Here Active Listening – qui a reçu l’Award Innovation dans la catégorie Audio et Musique –, est un système basé sur deux écouteurs sans fil, qui connectés à une application, permettent à l’utilisateur un contrôle instantané de leur écoute.

Le public du SXSW Interactive était invité à tenter l’expérience avec un concert du groupe de rock New Yorkais Great Caesar. Grâce à ce dispositif, les spectateurs pouvaient littéralement remanier la musique qui était jouée en live selon leurs envies. Modification du volume, des basses et des aigus. Le laboratoire a même mis en place des filtres audio : « Stratosphere » et « Carnegie Hall ».

 

 

La partie Interactive porte donc bien son nom. Les cinq concepts que nous avons choisis – parmi des dizaines - interrogent  notre relation à l’autre. Ils repensent notre rapport à l’art et à la technologie. Et tous redéfinissent l’interactivité. Pourrions nous assister à des ballets avec des tutus qui prennent vie ? Ou créer une oeuvre musical avec notre groupe préféré ? Pas si sûr, seul le temps parlera. D’ici là, cette trentième édition du South by Southwest nous aura au moins fait rêver en ouvrant une infinité de possibilités.

Auteur : Marie Savoret


 Ecrire un commentaire